Découvrir un site naturel lors d’une randonnée pédestre séduit bon nombre d’entre nous, quelque soit le niveau de pratique. Mais quand la balade de plein air revêt un caractère gourmand, c’est encore mieux. Et il y a fort à parier que vous serez nombreux ce dimanche 15 septembre à prendre le départ de la 19èmeRandonnée des Chouquettes au Domaine de la Pailleterie à Amilly (45). Des chouquettes aux ravitaillements et à l’arrivée, rien de tel pour motiver les troupes, surtout quand elles sont confectionnées par les membres de la Confrérie des Maîtres Chouquettiers ! Née d’une bande de copains boulangers lors de la Foire au Fromages de 1998 dans la salle des fêtes de Montargis, cette confrérie œuvre pour la promotion de la boulangerie et de la pâtisserie dans sa région. Chaque année, ils organisent la Randonnée des Chouquettes qui fait le bonheur de tous sur 3 circuits (8km, 13km et 16km). En quelques chiffres : plus de 1000 participants chaque année, 12000 chouquettes, 45 kg de boudins noirs, 1000 pains au chocolat, 800 baguettes fabriquées par 20 chouquettiers et servis par 20 bénévoles. On est admiratif !

Mais d’où vient cet engouement pour ces petits choux aériens que l’on peut avaler par dix ? Car on ne va pas se mentir, une fois la main dans le sac, on ne s’arrête plus d’en manger… on les déguste plus par poignées qu’à l’unité, et ce, jusqu’à ce que le dit sac soit vide… Historiquement, la chouquette est issue du « popelin », l’ancêtre de la pâte à choux qui tient son nom de Popelini, un pâtissier italien de la Renaissance. Sa pâte cuite sur le feu rebaptisée « pâte à chaud » deviendra le dessert préféré de la reine Catherine de Médicis qui va le ramener en France au XVIe siècle. Au fil du temps, la recette de la pâte à chaud va se perfectionner et s’enrichir, notamment grâce au chef pâtissier Antonin Carème et ses fameuses pièces montées faites à partir de choux à la crème. On connait la suite, la recette à base de pâte à chou a donné naissance à la chouquette, pâtisserie soufflée et parsemée de grains de sucre. Tout le secret réside dans la technique dite de la dessèche de la pâte. La chouquette, après une cuisson complexe, multiplie par 3 son volume mais perd la moitié de son poids (évaporation de l’eau). Et même si sa pâte est légère et aérée, le total calorique reste assez élevé… gare aux excès ! Avec 436 calories pour 100 grammes, mieux vaut offrir des chouquettes aux collègues de bureau que de tout engloutir au petit déjeuner (humour !). Dans tous les cas, nous ce qu’on aime chez la chouquette, c’est qu’elle est l’une des pâtisseries des plus populaires, bon marché et elle se partage avec son entourage. Rien que pour ça elle mérite un déplacement dans le Loiret pour chausser ses baskets de randonnées !

Annie Mitault