Confinement oblige, nous sommes nombreux à vouloir maintenir le contact visuel avec nos proches grâce à la web-cam, précieuse alliée en cette période exceptionnelle. Et c’est tout naturellement que l’on se rassemble chaque week-end pour un apéro-visio en famille ou entre amis. L’occasion d’échanger par caméras interposées sur nos recettes et nos breuvages préférés. A apprécier avec modération bien sûr ! Ce soir, rendez-vous sur la terre natale du p’tit jaune à Marseille… voici quelques idées pour se régaler d’un apéritif dinatoire composé de mets provençaux !

Le pastis, boisson du sud et de la pétanque :

C’est un incontournable de l’apéro. Tomate, perroquet, mauresque ou nature… on le déguste de mille et une façons. Saviez-vous qu’en France, nous consommons 2 litres de pastis par jour et par personne, soit 130 millions de litres par an ? Il faut dire qu’à Marseille l’apéritif se porte plutôt bien. Il reste un moment sacré de la journée particulièrement quand le soleil envahit le vieux port. L’histoire du pastis (qui signifie « mélange » en provençal) a débuté par un problème de santé publique. Accusée de rendre fou, l’absinthe (ou fée verte) faisait des ravages dans nos campagnes. Elle a donc été interdite à la consommation en 1915 ainsi que toutes les boissons titrant à plus de 16 degrés. Mais la loi est floue en ce qui concerne les boissons à base d’anis. Et justement en Provence c’est une spécialité. Les patrons de bar et les marchands de vin proposent leurs recettes avec de nouveaux arômes comme le fenouil et la réglisse ou encore l’anis. Il faudra attendre 1920 pour que le gouvernement décide d’autoriser les boissons anisées jusqu’à 30° degrés d’alcool. Paul Ricard, jeune fils d’un négociant de vin marseillais va créer son propre mélange à base d’anis étoilé, anis vert et réglisse, faisant ainsi de la société Ricard le n°1 du pastis dans le monde. Lors d’une prochaine escapade en Provence, n’hésitez pas à découvrir des pastis artisanaux. Produits par des passionnés, ils sont tous différents de par leurs arômes et leurs épices.

Carnet gourmand : cocktails au pastis

  • Une tomate : grenadine, pastis, eau et glaçon.
  • Un perroquet : sirop de menthe, pastis, eau et glaçon.
  • Une mauresque : orgeat, pastis, eau et glaçon.
  • Un mazout (ou goudron) : du cola, du pastis, de l’eau et des glaçons.

En cuisine :

  • Un bouchon de pastis peut remplacer le fenouil frais dans la soupe de poisson

  • Pensez à flamber au pastis des gambas juste sautées à l’huile d’olive

  • Ajoutez une larme de pastis et du poivre dans une nage de melon

Saveurs méditerranéennes :

Bien meilleur pour le cœur que les cacahuètes, et moins gras que du tarama, on dit oui à :

Verte ou noire, l’olive est la star de l’apéritif : L’olive est un fruit oléagineux. C’est donc un fruit riche en matière grasse dont il ne faut pas abuser. La différence entre l’olive verte et l’olive noire tient à leur degré de maturité. L’olive verte au goût plus amer se cueille en septembre alors que l’olive noire avec une note plus acidulée se récolte en décembre.

Carnet gourmand :

Oléiculteur recommandé par Tables & Auberges de France : Le Moulin cornille à Maussane les Alpilles (13) 

L’abus d’alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération.