Vous le saviez surement déjà, le repas gastronomique des Français a été inscrit le 16 novembre 2010 à l’UNESCO. En revanche ce que vous ignoriez peut-être, c’est que ce n’est pas la gastronomie française en elle-même qui a été sacralisée, mais bien la manière dont nous prenons nos repas. Explications.

C’est sur la « Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité » que l’UNESCO a étendu sa protection au repas gastronomique à la française, autrement dit il s’agit de la pratique sociale.

Ce choix s’est opéré sur les critères suivants :

« – Le repas gastronomique des Français joue un rôle social actif dans sa communauté et il est transmis de génération en génération comme partie intégrante de son identité ;

– Son inscription sur la Liste représentative pourrait contribuer à une plus grande visibilité du patrimoine culturel immatériel, en tant que catalyseur pour le respect mutuel et le dialogue interculturel ;

– Les mesures de sauvegarde reflètent l’engagement de la communauté, des autorités françaises et des ONG à renforcer sa transmission, notamment à travers le système éducatif, tout en encourageant la recherche et la promotion»

Concrètement quel est donc ce « rituel » typiquement français ?

ll s’agit d’un repas festif dont les convives pratiquent, pour cette occasion, l’art du « bien manger » et du « bien boire ».

Le repas gastronomique doit respecter un schéma bien arrêté : il commence par un apéritif, se termine par un digestif, avec entre les deux au moins quatre plats, une entrée, du poisson et/ou de la viande avec des légumes, du fromage et un dessert.

« Cette façon de manger s’est développée à la fin du Moyen Age. Et ce qui est intéressant en France, c’est que cette pratique traverse tout le corps social. Riches comme pauvres ont adopté le même modèle de repas », indique Julia Csergo, historienne à Lyon-II et responsable scientifique du dossier.

Suite à ce référencement à l’UNESCO, l’Etat a maintenant l’obligation de mettre en place Les Cités de la Gastronomie, qui s’organiseront autour de pavillons réunissant tous les trésors gastronomiques de nos régions et les merveilles culinaires du monde entier.

Le réseau des Cités de la gastronomie, qui a officiellement été lancé mercredi 19 juin, réunira donc Lyon, Paris-Rungis, Dijon et Tours.

Et vous qu’en pensez-vous ?